Le Grand Prix Pornichet – par Mathieu Cadei

Salut, Mathieu Cadei, j’ai 20 ans. Actuellement en année sabbatique, j’en profite pour naviguer un maximum et passer plusieurs permis comme le permis hauturier, permis bateau moteur et permis remorque. Je suis également le responsable de la communication au sein du Club Nautique de Versoix.

J’ai commencé la voile à l’âge de 8ans et la compétition à l’âge de 10 ans, et depuis, la régate a toujours été ma passion. J’ai toujours chercher à m’entraîner et faire des régates le plus possible malgré les études. J’ai participer à plusieurs gros événements comme des Championnats du Monde et d’Europe, et je veux continuer à travailler dur pour atteindre le plus haut niveau. Je me considère donc comme un passionné aguerri, toujours en recherche de perfectionnement.

J’ai commencé à naviguer au CER il y a deux ans et demi, car je ne trouvais plus d’équipier pour faire du dériveur double. J’avais envie d’apprendre à naviguer en équipage et de découvrir d’autres disciplines de la voile comme le Match Racing et la Course au Large. J’ai connu le CER par l’intermédiaire d’articles de journaux aisni que de reportages à la télévision relatant leurs performances lors des Tour de France à la Voile. Le CER m’a permis de continuer à régater à un haut niveau et de varier les supports en naviguant en Surprise, J70, M34, Farr52, Diam24 ainsi que les formats de courses (Flotte, Match Race, Course au Large).

Cela faisait longtemps que je n’étais pas allé en Bretagne, et j’ai trouvé que Pornichet était un endroit très agréable à naviguer en raison des bonnes conditions météorologiques que nous avons eu (soleil, vent et chaleur) ! J’ai même attrapé un gros coup de soleil le premier jour ! La baie de Pornichet est très grande et le courant est bien présent, surtout que les coefficients de marées étaient très élevés durant toute la régate. Le comité de course a même du arrêter de lancer les manches après 11h le dernier jour pour qu’on évite de sortir les bateaux dans de la vase à cause de la basse mer.

Le grand prix a duré 3 jours. Le comité a lancé 4 courses en stade nautique le vendredi dans un vent d’ouest d’environ de 15 nœuds. Le lendemain, nous avons fait 2 manches en stade nautique avant d’attaquer sur un parcours côtier de 31 milles ! C’était le plus beau côtier de ma carrière jusqu’à maintenant, le vent soufflait à 15 nœud et s’est renforcé sur la fin (même direction que le vendredi). Le dimanche était consacré aux phases finales avec le rond or (12 premiers du classement) et le rond argent (12 suivants) Nous avons disputé 3 manches dans le rond argent dans un vent du nord très instables en force et en direction ce qui ouvrit énormément le jeux sur les manches.

Mes co-naviguateurs sur ce Grand Prix étaient Victor Casas à la barre, et Elodie Mettraux en tant que N°1 et tacticienne.

Lors des parcours en stades nautiques, nous prenions d’excellents départs (souvent dans le top 3) et avions une bonne vitesse lors des reachings, la vitesse était ok dans les portants, mais nous avions des difficultés lors des gybes et des enroulements de bouées sous le vent, ce qui nous faisait perdre les quelques places  que nous tentions de remonter avec une étonnante vitesse au prés. Nous nous sommes améliorés à chaque manche, sauf lors de la dernière manche où nous avons mordu la ligne de départ trop top ce qui nous a classé BFD sur la manche. Un peu frustré de terminer la première journée de cette façon, nous avons tout de même gardé toute notre motivation pour la suite du Grand Prix. Le lendemain, nous avons réalisé 2 parcours en stade nautique correctes, avant de se préparer pour le parcours côtier. Nous avons pris un bon départ pour le parcours côtier, mais nous avons subi de petits problèmes techniques sur le bateau (plus de système pour régler le chariot de foc). Nous avons vite solutionné le problème et nous sommes arrivés à bien nous remettre dans le match. Ce fût une belle remontée au près avec une excellente vitesse. Nous avons contourné une cardinale au nord ouest dans les 7 premiers avant de partir pour un long bord de largue serré, où nous avons perdu quelques places en raison d’un mauvais placement par rapport à nos concurrents. Nous avons récupéré les places perdues après une petite descente au portant et un bon bord de près avant d’attaquer le dernier reaching pour couper la ligne d’arrivée en 10ème position ! Le dernier jour, il fallait être au taquet dès le matin avec un premier départ pour les parcours en stade nautique à 9h. Nos départs étaient un peu moins spectaculaire, mais nous avions une bonne tactique lors des remontés au près ce qui nous a régulièrement classé dans les 5 premiers. Nous avons terminé 3ème du rond argent et 15ème au classement général.

Le niveau de ce Grand Prix était beaucoup plus élevé que celui de la Grande Motte en raison de la présence de nombreux professionnels ainsi que de grands noms de la voile comme Bernard Stamm, Mathieu Richard, Jean-Christophe Mourniac etc… J’ai appris qu’il faut avoir une mentalité de tueur durant tout le championnat et être affuté au maximum physiquement. Les petites erreurs coûtent tout de suite très cher sur les parcours en stade nautique, une erreur équivalait à une place perdu… Je pense que la coordination et le timing dans gybe et passage de bouée sous le vent ont été nos points faibles et que nous allons bien travailler ces points durant ce printemps. Mais nous avons tout de même vu que nous rivalisions avec les bons au près et sur les départs, donc nous pouvons valider ces points ce qui est très encourageant pour la suite. Le bilan est positif car nous savons nos points forts et nous savons ce qu’il faut améliorer.

Mathieu Cadei

Aucun commentaire pour "Le Grand Prix Pornichet - par Mathieu Cadei"

    Laisser un commentaire

    Votre email ne sera pas publié